Alimentation / Nutrition Musculation Santé / Bien-être

Le secret des coachs – comment avoir leur résultat ?

“Retourne à ton puit et remplis ton saut avant de partager quoi que ce soit” Quel beau proverbe, plein de sens… Il faut se nourrir de ses propres expériences et de ses erreurs avant de partager tes conseils de coach. C’est en étant « fort » que l’on peut aider les autres, autrement nos actions n’auront pas d’impact. Ma réponse va te sembler étonnante mais elle est toute simple. Le secret des coachs réside dans leur expérience dans le domaine de la forme. C’est ce qui fait la différence entre un coach et un amateur.

1 – LE SECRET DES COACHS : LEUR EXPÉRIENCE

 

Les secrets des coachs sont souvent convoités ! Qui ne rêverait pas d’avoir la clé pour avoir un corps d’athlète me diras-tu ? Certains garderont leurs secrets bien cachés, c’est un choix, et d’autres le partageront à travers leurs coachings, livres ou même dans des vidéos explicatives. 

Pour ma part, mes premiers pas dans le monde de la forme naissent d’une passion pour les arts martiaux. Après une spécialisation dans les métiers de la forme, je me lance dans le coaching sportif ! Ce métier nécessite énormément de connaissances en la matière, car personne n’excelle naturellement dans le domaine.

Le coach a le temps 

Le fitness est une combinaison de connaissances scientifiques (anatomie, physiologie du sport,…), nutritionnelles, sportives et d’expériences surtout. Composer un programme efficace et adapté à chaque profil n’est donc pas une mince affaire !

Il faut prendre en compte les attentes de l’élève qui arrive avec des objectifs précis mais très peu de connaissances sur le sujet. Le rôle du coach est alors de déconstruire ses idées préconçues en vraies leçons pour rendre l’expérience agréable et bénéfique à l’élève.

Le coach doit étudier son alimentation car un programme sportif ne peut pas être profitable sur le long terme, s’il n’est pas accompagné d’un programme alimentaire personnalisé. Le coach prend en considération que tout le monde ne part pas du même point de départ.

Une personne qui débute aura besoin d’un programme qui prend en compte ses capacités et ses goûts, son contexte social (le temps qu’il a à disposition, ses moyens, etc.) mais aussi son état mental et émotionnel (sa motivation, son niveau de stress, ses habitudes à éventuellement changer…) et ses objectifs. Enfin, pour une personne expérimentée, la progression est moins visible et peut être moins facile à atteindre. Il faut alors mettre en place d’autres méthodes de progression qui s’appuient sur la nature des exercices et des entraînements, des techniques d’augmentation de l’intensité, d’optimisation de la récupération, ou encore du mental.

Les sportifs de haut niveau, par exemple, ont des entraînements confectionnés sur mesure et qui prennent en compte tous ces paramètres, et parfois même plusieurs coachs, chacun avec une spécialisation. Si tu souhaites perfectionner tes entraînements en passant d’un renforcement musculaire à une sèche par exemple, ton coach est dans la capacité de construire un programme évolutif et plus corsé !

Le coach a des connaissances

Avec le temps, la science a évolué et les techniques de musculation par la même occasion. Certaines méthodes que l’on appliquait pendant des décennies s’annulent aujourd’hui ou se confirment grâce à ces avancées scientifiques.

Par exemple, le mythe de “plus je pousse, plus je gonfle” a longtemps baigné dans les esprits de chacun mais on comprend aujourd’hui que la prise de masse n’est pas seulement une question de poids mais d’intensité. Ton corps peut sentir un effort efficace et durable alors que tu travailles au poids du corps. Tout est une question d’exécution et de répétition de l’exercice.

Ainsi, ce travail de recherche n’est possible que pour une personne qui a le temps de se documenter, ou un professionnel comme les coachs sportifs qui ont un bagage de connaissances assez solides pour appliquer ces découvertes. Tu peux d’ailleurs appliquer cet état d’esprit à tous les corps de métier.

 

 

On peut prendre l’exemple de la pâtisserie, qui est un exercice très précis et qui nécessite des connaissances en mathématique et physique-chimie.

Pour monter des blancs en neige, il faut que la vitesse du batteur soit basse, dans un premier temps, pour que les molécules de la mixture s’accrochent entre elles et que l’air ne s’introduise pas dans la préparation. Par la suite, il faut augmenter la vitesse du batteur, pour que de l’air puisse enfin s’introduire, et que la mixture gonfle pour devenir légère mais volumineuse.

Le perfectionnement de cette technique n’a été possible qu’avec l’avancée des recherches scientifiques qui ont révélé les propriétés coagulantes et tensio-actives du blanc d’oeuf. Ses agents vont permettre de créer un “tout”, en liant les molécules qui constituent cette mixture tout en ayant le pouvoir de transformer un élément liquide en mousse. C’est la même chose avec la muscu, il est primordial pour les coachs sportifs de se documenter pour rester informé des dernières avancées.

Si tu veux faire une mousse au chocolat, n’hésite pas à appliquer cette technique pour monter tes blancs en neige. Et pour la version plus diététique, tu peux consulter ma vidéo où je remplace le blanc de neige par du yaourt skyr. Volume assuré ! 

Le coach sait trier les bonnes et mauvaises informations  ! 

Quand on se documente, l’obstacle auquel tu peux faire face est de savoir démêler le vrai du faux. Et pour faire ce travail gargantuesque, cela nécessite beaucoup de temps ! Il faut alors étudier la source de l’information, si c’est un professionnel qui a produit cette information ou bien un amateur qui a soulevé ses propres conclusions. 

 

Le coach doit, ensuite, la comparer à d’autres informations pour comprendre si les études scientifiques sur cette même information se complètent ou alors si elles se contredisent. Enfin, il teste les théories, car c’est beau tout ça, mais encore faut-il qu’elles soient efficaces mais aussi applicables au quotidien !

Le coach est là pour débroussailler le chemin et donner un rendu clair et vérifié à son élève. 

Et tout cela peut être un gain de temps pour les personnes qui n’ont, malheureusement, pas la possibilité de jongler entre le travail et une recherche optimale qui répond à leurs objectifs sportifs et alimentaires. Trier les informations qu’on retrouve sur internet ou dans les livres est le travail du coach. Plus encore, ces connaissances vont lui permettre de trier le vrai du faux.

Le coach expérimente

Les métiers de la forme sont également un travail humain car le coach est au contact d’individus et non d’une machine. Bien que cela soit un élément important, le monde de la musculation et de la nutrition ne sont pas seulement basés sur la théorie. Si un coach souhaite comprendre les problématiques de ses élèves, il faut qu’il étudie une multitude de notions pour s’adapter aux personnes qu’il a devant lui. C’est pour cette raison que je teste les théories, études, découvertes scientifiques et méthodes que je lis régulièrement.

La science appliquée est, à mon sens, une manière plus pragmatique d’étudier le domaine de la forme.

Je ne cesse jamais de peaufiner, adapter, revisiter mes techniques et découvertes pour produire des programmes adaptés à chacun. C’est principalement cette régularité dans l’étude de la musculation qui permet de différencier un coach d’une personne qui pratique cette discipline par plaisir.

POUR RÉSUMER !

D’un point de vue global, le premier secret, la première arme du coach, c’est le temps ! Le temps de pratiquer, d’apprendre, d’expérimenter.

La deuxième, c’est la connaissance.

2 – LE SECRET DES COACHS : LEUR MÉTHODE SPORTIVE

 

Sur le plan sportif, c’est tout un tas de notions et de techniques qu’il faut appliquer pour construire un programme d’entraînement sportif complet. J’ai peut-être de l’expérience mais j’apprends encore aujourd’hui de nouvelles manières de mélanger sport et bien être. Le sport demande un travail du corps, de ce fait, il faut porter une attention particulière à ta santé pour ne pas risquer de te blesser.

Le coach t’aide à bien exécuter les exercices 

   1. Bien choisir ses exercices 

Une bonne séance de musculation passe, premièrement, par une bonne exécution des mouvements.  Et pour ce faire, il est important de bien choisir les exercices que tu souhaites réaliser et en fonction de ton niveau. Faire des fentes, par exemple, est un geste ludique ! 

Mais si tu creuses un peu plus, tu pourras constater qu’une mauvaise position, comme un dos courbé, va provoquer un étirement inopportun du nerf sciatique. Avec le temps, si tu ne te rends pas compte de cette erreur, tu vas froisser ton nerf sciatique.

Le nerf sciatique est le plus gros mais surtout le plus long nerf dont ton corps dispose. Il faut donc en prendre soin pour ne pas encourager des douleurs au dos qui iraient vers les cuisses. La douleur se traduit par des petites, mais constantes, décharges électriques tout le long de la jambe.

Le mieux est d’avoir un dos droit pour faciliter l’exécution de l’exercice mais également pour t’assurer qu’il soit protégé. Pour optimiser la fente, il est préférable de rentrer le nombril et de contracter les abdominaux. De cette manière, le dos va naturellement se redresser !

   2. Se muscler, c’est aussi dans la tête

Ce type de position est possible car le sport, c’est autant dans la tête que dans le corps ! Il existe une connexion neuromusculaire entre le cerveau et les muscles qui influe sur ton exécution des mouvements mais également dans la répétition. Je vais développer cette idée juste après !  

La connexion cerveau/muscle se calcule sur la vitesse de cette dite connexion, et par le nombre de connexions entre le cerveau et le muscle. Plus les connexions sont nombreuses et rapides, plus le muscle est fort. Avec l’entraînement, le traitement de l’information et l’exécution du mouvement est de plus en plus rapide, et le nombre de connexions se multiplie.

   3. L’importance d’une bonne exécution

S’il y a bien une chose que je répète à mes élèves c’est de ne pas être l’esclave du chronomètre. En se focalisant sur ce poids temporal, tu ne seras pas concentré sur la bonne exécution de ton exercice. En effet, au fur et à mesure du temps et de la répétition, tu es plus rapide dans ton exécution des exercices et la connexion neuromusculaire est plus fluide, ce qui permet de créer des automatismes. 

Le but n’est pas de finir l’exercice le plus rapidement possible dans un temps imparti mais d’en tirer tous les bienfaits à ton rythme. Il faut toujours faire passer la qualité du mouvement avant la quantité mon saiyajin ! Le temps est un repère, mais c’est tout. Et ça, c’est mon secret de coach n°1 !

C’est en ayant une bonne technique d’exécution que l’on peut mesurer l’intensité de l’exercice. Si je reprends le mouvement de la fente, la comparaison pourra être la même si l’on observe la position des pieds.

Dans l’exécution d’une fente, le poids de ton corps est transmis en premier vers les chevilles puis aux pieds. Ainsi, supporter le poids de ton corps en ayant les deux pieds posés à plat ou avoir un pied positionné sur le talon et l’autre sur la pointe des orteils n’aura pas la même portée.

Dans la première position, le corps ne sera pas stable ce qui va provoquer un déséquilibre et accroître le risque de crampes aux mollets. Alors que dans la seconde position, tes pieds sont disposés de manière à ce que l’exercice ne mette pas ton corps en difficulté. Ce mouvement va soulager tes chevilles car le poids de ton corps sera mieux réparti.

Il est donc important de travailler la phase d’exécution d’un exercice pour ne pas te blesser mais surtout pour ne pas ralentir ta progression.

Ce qui va prévaloir pour un confirmé autant qu’un débutant est donc le choix des exercices, une bonne technique d’exécution qui s’opère par des connexions neuromusculaires et l’intensité des mouvements.

Le coach t’apprend à travailler à la bonne intensité

   1. Le nombre de répétitions

“10… ? 20 pompes d’affilée…? Et si je laisse 2 minutes de repos entre mes séries de pompes, est-ce que je vais voir les effets de ma séance ?” Quand on commence la musculation, on se demande souvent combien de pompes faire pour avoir des résultats concluants ou et combien de temps de repos laisser entre les séries. C’est également pour cette raison que l’avis d’un coach pour t’aiguiller dans ta démarche sportive peut être utile. 

En fonction de tes capacités de départ, c’est lui qui pourra juger ton exécution des exercices.

Il doit te guider, pour t’apprendre à répéter assez pour sentir les muscles chauffer et le coeur battre, tout en sachant appréhender correctement tes temps de repos. Le coach t’aide à apprendre à écouter ton corps et à travailler à la bonne intensité.

Et la bonne intensité, c’est la tienne. Je n’aime pas donner de nombres de répétitions précis, mais comme je l’ai expliqué plus haut, l’action de répéter de nombreuses fois le même mouvement est indispensable !

En faisant un peu de répétitions, ton corps ne sera pas habitué à travailler tes groupes musculaires et tu le verras dès les premiers jours. Cependant, si tu forces trop (donc trop de répétitions à l’inverse), les crampes se feront sentir et tu ne toucheras pas à ton matériel de musculation de la semaine.  

Faire un nombre de séries d’exercices important permet l’acquisition d’un apprentissage moteur entre le cerveau et le muscle. Cette connexion te permettra d’assimiler les mouvements et par la suite, d’utiliser tes muscles à plein potentiel. Tu le sais sûrement mais l’être humain est de nature assez fainéant, il est donc important de répéter une action pour que ton cerveau imprime les mouvements et que cela devienne une routine. C’est de cette manière, que tes actions du quotidien deviennent des habitudes ! Tu constateras aussi que se débarrasser d’une mauvaise habitude est parfois très difficile.

Grâce à mon expérience et aux erreurs que j’ai pu commettre dans mon apprentissage, j’ai appris à effacer les idées reçues pour construire mes propres conclusions en me documentant et en apprenant auprès de professionnels.  Ce dont je vais te parler va surement être à contre-courant de l’idée conçue par l’imaginaire collectif mais je vais t’expliquer comment mon raisonnement se déroule.

Ton corps est formé de groupes musculaires qui bougent au quotidien mais qui ne sont pas habitués à faire des exercices de musculation demandant un effort plus important que la marche par exemple. 

Ce que j’aime faire avec mes saiyajins, c’est de leur donner un temps, entre 30 sec et 1 min, durant lequel ils doivent répéter le même mouvement. Je le répète, le temps n’est qu’une indication, mais cela te permet d’apprendre à jauger seul.e ton intensité de travail. Plus tu progresseras, plus tu seras capable d’effectuer un grand nombre de répétitions dans le même temps imparti ! C’est le meilleur moyen d’apprendre à contrôler l’intensité de ta séance de sport, et mon secret de coach n°2 !

   2. La connexion cerveau-muscle

Mon secret de coach n°3 pour un entraînement efficace, c’est de travailler la connexion cerveau-muscle. Ce phénomène physiologique est une action en chaîne produite par le cerveau qui commande le système nerveux qui délivre, par la suite, les messages à tes organes.  Cette connexion neuromusculaire permet aux muscles de se développer. Les petites phrases ou même verbes d’action comme “pousse” ou “tire” qu’on entend en salle de sport sont utilisés par tous les coachs sportifs pour motiver leurs élèves premièrement, mais surtout pour créer cette connexion cerveau/muscle.  Ces petits signaux ont un impact sur la stimulation des muscles et sont un moyen simple pour l’élève de se concentrer sur le mouvement énoncé.

On peut également distinguer deux types d’attention :

  • L’attention interne pour laquelle tu vas te concentrer sur la contraction de tes muscles pendant le mouvement. Ainsi, ton attention est dirigée vers l’action en elle-même. 
  • Et tu as l’attention externe qui vise à se concentrer sur l’environnement extérieur de la personne. Tu ne te focalises plus sur tes muscles mais plus sur les éléments qui te permettent de te muscler comme une barre de traction ou des haltères. Ton attention est alors portée sur l’effet de ta contraction sur un élément extérieur.

Bien que ces deux idées favorisent le gain musculaire, l’attention interne est une approche plus efficace car elle permet une activation des fibres musculaires plus importante. Tandis que l’attention externe n’améliore que les performances physiques et la cadence. Ce qui n’est pas favorable au progrès sur le long terme.

En travaillant en série, tu vas permettre à ton corps d’apprendre le mouvement pour qu’il y est ensuite des connexions inter-musculaires et intra-musculaires. C’est une double action qui permet la connexion entre les muscles et à l’intérieur des muscles.

Si tu as des réflexes qui se mettent en place quand tu fais du développé couché, par exemple, il y a de fortes chances que tu puisses ressentir le biceps travailler au lieu du triceps. C’est justement la conséquence de la coordination inter-musculaire. Le biceps va se contracter pour freiner la contraction du triceps qui a tendance à vouloir se déchirer si jamais tu es débutant. C’est une réaction naturelle car le corps va vouloir se protéger et contracter les biceps par action freinatrice.

Il y a également une coordination intra-musculaire, c’est-à-dire qu’en tant que débutant, ton corps ne sera pas capable d’utiliser toutes les fibres musculaires qui composent tes muscles. Ce n’est qu’un chiffre approximatif mais tu ne peux utiliser que 45 à 50 % de tes fibres musculaires qui composent ton muscle dans les premiers mois. Quand tu deviens plus expérimenté.e, tu peux utiliser une plus grosse partie de tes fibres musculaires et ainsi développer plus de masse musculaire. Mais avant tout ça, il faut avoir une bonne synchronisation inter-musculaire et intra-musculaire.

Pour travailler en intensité et correctement il faut à la fois un certain nombre de répétitions et une bonne connexion cerveau-muscle. Pour que cette connexion opère, au-delà de la répétition, il faut se concentrer sur le muscle qui travaille pendant la réalisation des exercices.

3. Se protéger des blessures

Le deuxième intérêt des répétitions est lié aux risques de blessureIl ne faut pas porter trop lourd au début pour ne pas finir avec des tendinites. Beaucoup ont arrêté au bout d’un mois et c’est dommage… L’inflammation des tendons peut être traitée par des séances de kinésithérapie mais c’est une blessure très douloureuse que tu peux éviter.  Je t’invite donc à appliquer mes conseils précédents pour inscrire le mouvement dans ta mémoire et créer un automatisme. De cette manière, les tendons auront le temps de se renforcer (les tendons sont des fibres solides qui ne se contractent pas mais que l’on peut renforcer) mais beaucoup moins vite que le corps musculaire en lui-même.  

C’est pour cela qu’il faut prendre son temps pour ne pas porter des charges trop lourdes trop vite. Progresser correctement, c’est aussi savoir être patient, que les muscles mais aussi les os, les tendons s’habituent aux tensions musculaires.

Pour les personnes expérimentées, les fibres musculaires sont plus malléables et les muscles sont tonifiés. Tu peux donc passer à des entraînements courts et intenses. Si tu réalises des séances trop longues, tu vas devoir économiser ton énergie et ton intensité va diminuer. L’objectif est, certes de brûler le maximum de calories, mais aussi de créer un travail hormonal intense pendant ta séance de sport. Plus ta séance sera intense et plus tu produis des hormones amincissantes : la noradrénaline et l’adrénaline. Ces hormones vont agir sur tes cellules graisseuses et te permettre d’avoir des muscles bien dessinés !

La patience… mon secret de coach n°4 😉

Le coach t’aide à trouver la bonne fréquence d’entraînements

En musculation aussi il faut savoir s’imposer un temps de récupération pour observer une prise de masse.  Il n’y a pas de fréquences d’entraînements précis mais il existe quelques différences en fonction de ton niveau. 

Si tu débutes dans la musculation, je ne te conseille pas de faire des séances intensives tous les jours mais de te tourner vers des petites séances 3 à 4 fois par semaine. À un niveau plutôt avancé, tu peux augmenter la fréquence de tes entraînements. Si tu te sens bien comme ça, rien ne t’empêche de faire du sport tous les jours !

 

 

Il faut que tu cherches un juste milieu entre tes capacités, tes objectifs et le temps que tu as à disposition pour la pratique d’un sport. Le coach sportif est là pour concevoir un programme incluant tes contraintes pour que tu puisses trouver ton rythme idéal.

Adopter une approche globale de la forme

1. Le full body

Pour ma part, je ne suis pas immense en terme de masse musculaire, mais j’ai une approche plus globale de la forme. C’est une méthode qui consiste à mobiliser et prendre en compte l’ensemble des systèmes complexes qui compose nos corps avant, pendant et après une séance de sport. J’en parle souvent dans mes vidéos et dans mes articles mais la méthode d’entraînement dite du “full body” permet une progression optimale sur le plan sportif et une prise de masse plus homogène sur le plan esthétique. 

Il est vrai que les exercices d’isolation sur un groupe musculaire vont permettre la prise de masse de la zone travaillée mais ton corps exploite naturellement d’autres zones de ton corps. Si je prends l’exemple du travail des biceps et des triceps avec des haltères, tu vas constater une tension sur le dos et les trapèzes. Il faut donc ouvrir les épaules et redresser le dos pour ne pas laisser le poids des haltères te tirer vers le bas.

Chacun de tes membres est accroché à une autre partie de ton corps, il est donc important de les mobiliser au même moment pour faciliter tes efforts et réduire les risques de blessure. 

Mon secret n°5 ? Cela fait des années que je fais quotidiennement un circuit training full body, court et intense.

2. Respecter l’intégrité de ton corps

Les fibres musculaires sont de natures différentes. Tu as les fibres courtes qui sont mobilisées pour faire des exercices de force pendant une courte durée et les fibres longues qui n’utilisent pas l’énergie de la même manière que les fibres courtes. Elles permettent de produire un effort physique pendant plus longtemps, mais d’intensité plus faible que les fibres courtes. Ces fibres longues sont mobilisées pour supporter l’endurance (présentes en majorité chez les coureurs de fonds par exemple) alors que les fibres courtes sont là pour donner de l’explosivité à ton corps (présentes en majorité chez les sprinters !).

Quand j’ai compris l’influence des fibres musculaires sur notre capacité à tenir la cadence d’une séance de sport, j’ai voulu intégrer ces deux notions à mes programmes. De cette manière, je peux produire des entraînements complets avec des focus et des exercices ciblés. L’avantage de cette méthode c’est qu’en alternant la mobilisation des fibres courtes et longues, ton corps est capable de s’adapter à toutes les situations. 

 

 

Il devient plus fort et inscrit les mouvements qu’il exécute dans sa mémoire. C’est pour cette raison que je t’ai parlé plus haut de la connexion neuromusculaire. Elle est présente dans tous les aspects de la forme. Et la meilleure manière, à mon sens, de varier la façon dont tu sollicites tes muscles est de faire des exercices polyarticulaires. C’est mon secret de coach n°6, car la participation commune de plusieurs groupes muscles est autant bénéfique pour un débutant qu’une personne confirmée. Comme notre corps est constitué de systèmes qui existent et qui impactent les uns sur les autres, les exercices polyarticulaires vont mettre en avant ce comportement naturel du corps voire même l’optimiser car les muscles sont utilisés intelligemment et à bon escient. 

 

POUR RÉSUMER !

Sur le plan sportif, mes secrets de coach ce sont :

N°1 : faire passer la qualité des exercices avant la quantité.

N°2 : la bonne intensité, ce n’est jamais la même, ne sois pas esclave d’un programme trop strict ou d’un chronomètre ! L’important, c’est de sentir ton corps travailler, c’est tout.

N°3 : ne pas négliger la connexion cerveau-muscle !

N°4 : être patient.e et discipliné.e.

N° 5 : travailler de manière globale, rien de tel qu’un full body simple et efficace !

N°6 : respecter l’intégrité de ton corps en préférant les exercices polyarticulaires.

 

 

3 – LE SECRET DES COACHS : LEUR ALIMENTATION

 

Que tu souhaites prendre de la masse musculaire ou avoir un physique athlétique, ce qui va réellement changer est ton alimentation. L’alimentation d’une personne qui est en prise de masse va devoir consommer plus de protéines ou de glucides. Il est parfois difficile d’apprendre sur le tas mais le coach est là pour te conseiller sur ton programme alimentaire.

J’ai moi-même étudié la micronutrition auprès d’un diététicien. Pendant plus d’un an, j’ai appris l’importance des vitamines, minéraux, oligoéléments, etc. pour perdre du gras et avoir un aspect plus athlétique. Je peux aussi te parler de compléments alimentaires naturels, comme la l-carnitine et la caféine, présents dans pas mal d’aliments et que tu consommes sûrement sans en connaître les bienfaits pour le sport. 

Tout dépend des objectifs et de la génétique de chacun, mais pour avoir une bonne alimentation il faut choisir les bons aliments, consommer régulièrement des aliments sources de protéines et savoir quand tu dois manger. Si tu commences la musculation, privilégie le cycle de 3 repas journaliers qui sont déjà présents dans ton régime alimentaire.

 

 

Pour aller plus loin, tu peux comme moi pratiquer le jeûne intermittent. On pourrait croire que manger moins équivaut à une perte de poids, muscles compris. En fait c’est plus compliqué que ça… Tu peux surperformer ce déficit calorique avec des méthodes plus douces comme le jeûne intermittentEn observant des périodes de jeûne alternées à des périodes d’alimentation, tu observeras des effets sur tes hormones et ton métabolisme. 

Le jeûne permet également de réguler et de mieux ressentir la satiété. En ne mangeant pas pendant plusieurs heures ton corps n’aura plus la même envie de manger. Tu pourras constater que l’unique repas que tu as dans la journée va pleinement te rassasier. Pour plus de conseils, tu peux consulter mon application gratuite. Tu y trouveras des recettes diététiques avec des options végétariennes que j’ai moi-même testées ! 

De mon point de vue et d’après mon expérience, les régimes trop stricts sont difficilement tenables sur le long terme, et parfois dangereux si mal faits. Il faut prendre le temps de comprendre comment fonctionne notre satiété, notre système digestif, leurs liens avec nos émotions, notre corps, pour pouvoir adopter une bonne alimentation, équilibrée, et toujours source de plaisir.

POUR RÉSUMER !

Le secret des coachs, c’est aussi leur alimentation.

Là encore, dans mes coachings, je t’invite à adopter une vision globale afin que l’on comprenne et définisse ensemble un assortiment de techniques, de recettes, de conseils pour changer en douceur d’éventuelles mauvaises habitudes alimentaires.

4 – BÉNÉFICIER D’UN COACH POUR PARTAGER SES SECRETS

 

Tous les coachs n’ont pas la même approche sur la musculation et c’est important d’avoir des points de vues différents pour voir quelles sont les pratiques qui fonctionnent et celles qu’il faut modifier avant de l’appliquer. À toi de te tourner vers une personne qui te parle et qui t’inspire. Chaque coach est expert dans un domaine, donc choisis un professionnel qui saura répondre à tes problématiques. En ce qui me concerne, je soutiens une vision de la forme globale, simple et accessible au plus grand nombre. C’est pourquoi je me suis spécialisé au poids de corps, et que je poursuis des formations en nutrition mais aussi en massages, kinésiologie, médecine chinoise, qui soutiennent une vision du corps et de l’esprit comme un tout, qu’il faut aborder comme un ensemble indivisible afin de comprendre les merveilleuses machines que sont nos corps !

Mon but ultime est de te permettre de t’épanouir, dans ton corps et dans ton esprit sur le long terme. Si cette vision de la musculation te parle, je suis là pour toi. À mes côtés, tu peux suivre un programme personnalisé de 3 mois comprenant un programme sportif et un programme alimentaire diététique qui répondra à tes objectifs.  

N’attends plus pour être la meilleure version de toi-même mon saiyajin ! 

Partage cet article si ça peut intéresser tes amis

Ces articles qui pourraient t'intéresser

Tu veux transformer ton corps chez toi ou en salle de musculation ?

Je te propose de te faire un plan alimentaire et sportif complètement personnalisé pour que tu arrives à tes objectifs (perte de poids, prise de masse, physique athlétique…).
Je remets à jour tous les mois ton programme sportif selon ton évolution, tu peux me contacter tout au long du programme.

En savoir plus »

Tu cherches un programme de musculation pour perdre du gras et prendre du muscle chez toi ?
Je te propose de découvrir mes programmes de musculation sous forme d'ebook pour t'entraîner en même temps que moi !

En savoir plus »

Nos meilleurs ventes